La reconstruction mammaire par prothèse – Complications envisageables

/////La reconstruction mammaire par prothèse – Complications envisageables
La reconstruction mammaire par prothèse – Complications envisageables 2017-03-11T12:08:17+00:00

La reconstruction mammaire par prothèse, quelles complications envisageables ?

En choisissant un chirurgien plasticien, compétent et qualifié, formé à ce type d’interventions, vous limitez au maximum ces risques sans toutefois les supprimer complètement.

Risques liés à l’anesthésie

Ils seront évoquer lors de la consultation avec le médecin anesthésiste.

Il faut que vous soyez conscient que toute anesthésie quel qu’elle soit, même locale, induit dans l’organisme des réactions quelquefois imprévisibles et difficiles à maitriser et peut donc être à l’origine de complications plus graves.

Nous vous invitons à discuter avec l’anesthésiste lors de la consultation obligatoire quelques jours avant l’intervention et à lui poser toutes les questions qui vous sembleront nécessaires.

Risques liés à l’acte chirurgical

Infection

C’est un risque inhérent à toute intervention chirurgicale.

Malgré un traitement antibiotique adapté, une ablation de la prothèse mammaire est généralement nécessaire.

Une reprise chirurgicale à six mois permettra de remettre en place une prothèse.

Hématomes

Ils peuvent nécessiter une reprise chirurgicale

Nécrose cutanée

C’est un risque particulièrement élevé après radiothérapie et chez les patientes tabagiques.

Une nécrose importante peut nécessiter une ré-intervention pour enlever les tissus morts.

Elle conduit généralement à une infection imposant l’ablation de la prothèse et donc un échec de la reconstruction.

Coques péri-prothètiques

La formation d’une enveloppe autour de la prothèse mammaire est systématique.

Cette enveloppe périphérique peut s’épaissir et devenir anormalement dure : on parle alors de coque péri-prothétique.

Cette contraction péri-prothétique peut entraîner une déformation visible voire douloureuse.
Ce type de réaction est augmenté en cas de radiothérapie.

Lorsque la peau est particulièrement fine en regard de la prothèse, des vagues et des plis sont visibles ainsi que les irrégularités de la prothèse, en particulier au niveau du décolleté.

Luxation de l’implant

Elle est généralement d’apparition précoce dans les suites post-opératoires.

Elle peut survenir surtout en cas d’exercice musculaire intense au niveau des pectoraux.

Rupture de la prothèse

L’enveloppe de la prothèse vieillit progressivement avec le temps et peut se rompre.

La rupture des prothèses remplies de sérum physiologique entraîne un affaissement très rapide, en quelques heures ou quelques jours du volume mammaire.

Ce dégonflement de la prothèse nécessite une réintervention.

La rupture des prothèses pré-remplies de gel de silicone entraîne un diagnostic clinique moins évident.

Il n’y a pas de modification de volume du sein reconstruit.

Le diagnostic de la rupture des implants mammaires repose sur un bilan comportant une échographie et une mammographie, numérisée.

Dans les deux cas, reconstruction par prothèse au sérum physiologique ou reconstruction par prothèse en gel de silicone, le changement de la prothèse est indispensable.

Cicatrices

Les cicatrices sont très visibles pendant six mois à un an puis s’améliorent grâce aux traitements locaux.

Parmi les différents problèmes de cicatrisation, on peut noter:

. Cicatrices hypertrophiques: larges, gonflées, rouges, sensibles. L’inflammation diminue à partir du sixième mois et laisse une cicatrice élargie.

. Cicatrices chéloïdes: exceptionnelles, cicatrices hypertrophiques mais sans atténuation dans le temps.

Imperfection du résultat

La reconstruction mammaire n’est pas une restitution du sein mais une simple reconstruction de celui-ci.

Il persistera toujours un certain degré d’asymétrie entre les deux seins (volume, forme, hauteur, projection…).

La forme de la prothèse n’est jamais identique au sein controlatéral.

Le sein opéré évoluera dans le temps de façon différente.

A la palpation, la prothèse est souvent plus ferme, plus ou moins figée, surtout en cas de radiothérapie ; elle est parfois perçue sous la peau thoracique si celle-ci est particulièrement fine.

Une amélioration par lipomodelage ou filling peut être envisagée, sous certaines conditions.

reconstruction-mammaire-prothese-istres-marseille